Une idée d’atelier peinture autour de l’automne.

En ces temps de vacances scolaires, vous cherchez peut-être des idées pour occuper votre  enfant à la maison, notamment les jours de pluie. Voici une petite idée d’activité manuelle toute simple que nous avons testée en début de semaine avec Solène.

IMG_2494

Ce qu’il vous faut
– des feuilles d’automne
– de la gouache
– 1 gros pinceau
– 1 gobelet d’eau et 1 palette
– du scotch double face ou de la pâte à fixe

 

 

 

IMG_2500Dans l’ordre
1. Fixer les feuilles d’arbre bien à plat sur la feuille blanche avec du scotch double face ou de la pâte à fixe.
2. Peindre chaque feuille d’une couleur différente en n’hésitant pas à dépasser sur les côtés.
3. Décorer entre les feuilles avec le motif de votre choix (des points pour nous).
4. Enlever les feuilles délicatement pour laisser la trace des contours.

5. Et voilà, il n’y a plus qu’à admirer le résultat !

 

 

IMG_2505

Si vous cherchez d’autres idées d’activités manuelles, notamment pour Halloween, je vous renvoie enfin vers les articles de la rubrique Coccinelle et papillon du blog Les Bien Aimés (http://www.les-bienaimes.com/2014/08/petite-coccinelle-attrappe-soleil.html).

Bonne lecture !

Publicités

Les innovations pédagogiques 2012 au banc d’essai

Ce mois-ci, la revue Le monde de l’intelligence consacre son banc d’essai aux innovations pédagogiques 2012. Késako, vous demandez-vous sans doute ? Sous ce titre assez vague se cache en fait un comparatif rapide des différentes inventions technologiques qui sont aujourd’hui utilisées pour aider nos chères têtes blondes à apprendre. Concrètement, cinq supports différents sont évalués : le tableau blanc interactif que, personnellement, je n’ai testé qu’une fois en 5 ans d’enseignement car il coûte très cher aux communes ; les tablettes numériques, de type Kindle ou Ipad ; les jeux video ou serious games, très en vogue apparemment dans  les grandes entreprises privées pour remotiver les employés ; les plate-formes d’apprentissage en ligne, qui sont déjà nombreuses au niveau universitaire et, enfin, les réseaux sociaux disponibles sur le Web. Le constat des deux spécialistes de la rédaction, dont Bruno Devauchelqui exerce à Lyon, est au final assez mitigé. En effet, ces différents supports ouvrent réellement de nouvelles perspectives pour aider les élèves en difficultés scolaires, notamment en influençant de manière directe leurs motivations pour apprendre en présentant les apprentissages de manière « plus ludique » que les traditionnels manuels papiers. Toutefois, il demeure relativement peu accessibles au plus grand nombre soit du fait de leur coût élevé (pour les trois premiers supports), soit parce qu’ils ne peuvent être efficaces qu’en complément d’outils pédagogiques classiques. En conséquence, toutes ces innovations sont certes intéressantes sur un plan pédagogique mais, contrairement à ce que pourrait laisser croire leur omniprésence dans les rayons de nos grands magasins, elles ne risquent pas de remplacer de sitôt l’enseignant, les manuels et les crayons. Il reste donc des progrès à faire dans ce domaine pour parler de « révolution technologique » dans le système scolaire français…